mercredi 15 novembre 2017

Death in August

[Lu en anglais]

Summary :

Florence, summer 1963. Inspector Bordelli is one of the few policemen left in the deserted city. He spends his days on routine work, and his nights tormented by the heat and mosquitoes.

Suddenly one night, a telephone call gives him a new sense of purpose: the suspected death of a wealthy Signora. Bordelli rushes to her hilltop villa, and picks the locks. The old woman is lying on her bed - apparently killed by an asthma attack, though her medicine has been left untouched.

With the help of his young protégé, the victim's eccentric brother, and a semi-retired petty thief, the inspector begins a murder investigation. Each suspect has a solid alibi, but there is something that doesn't quite add up . . .


My review : 

Prêt pour un voyage en Toscane sous la chaleur étouffante du mois d'Aout 1963? Prêt pour une rencontre avec un policier hors-norme et des personnages charismatiques? Prêt pour mener l’enquête?

Ready for a trip in Toscany under the stuffy heat of August 1963? Ready to meet an unuasual inspector and some charismatic characters ? Ready to investigate ?

Marco Vichi signe ici le premier tome d'une saga qui s'annonce prometteuse. Le récit est fluide et le roman se lit très vite. L’enquête est lente, pas de sang ou de descriptions macabres mais une enquête qui se veut pourtant prenante. Une fois commençait, il est impossible de lâcher le livre. Il me tarde maintenant de lire la suite.

Marco Vichi is the writer of the promising inspector Bordelli saga. Even if the instigation is slow, without any blood or macabre descriptions like many of thrillers or crime books today, the story takes you and it is difficult to put down. I can't wait to read the second book "Death and the olive grove" and to return to Italy with inspector Bordelli.

Lu dans le cadre du challenge :
- Read in English 2017-2018

vendredi 10 novembre 2017

Captain Alatriste

[LU EN ANGLAIS]

Summary :

Captain Alatriste is a swordsman for hire in Spain in the 1620s - a time when Court intrigue is high and the decadent young king has dragged the country into a series of disastrous wars. As a hired 'blade', Alatriste becomes involved in many political plots and must live by his wits. He comes face to face with hired assassins, court players, political moles, smugglers, pirates and of course, the infamous Spanish Inquisition...
All the stories are told by Inigo Balboa, Alatriste's young page. The cast of characters also includes Quevedo, an irrepressible subversive poet who likes to start fights in the local tavern, the kind-hearted innkeeper and ex-prostitute who shares Alatriste's bed, the elegant Count of Guadalmedina, the beautiful but deadly Angelica de Alquezar, and a whole host of underworld figures.
Perez-Reverte wrote the Captain Alatriste series as a homage to the adventure books that had been his own initiation into the world of reading as a boy - books such as Dumas's The Three Musketeers.

My review :


Une fois n’est pas coutume, j’ai découvert le Capitaine Alatriste, il y a quelques années, via la série TV espagnole « Las aventuras del Capitán Alatriste » avec dans le rôle principal Aitor Luna et j’étais curieuse de lire les livres.
Once again, I discovered Captain Alatriste in a Spanish TV series « Las aventuras del Capitán Alatriste » starring Aitor Luna and that make me want to read the books.
He was not the most honest or pious of men, but he was courageous. His name was Diego Alatriste y Tenorio, and he had fought in the ranks during the Flemish wars. When I met him he was barely making ends meet in Madrid, hiring himself out for four maravedis in employ of little glory, often as a swordsman for those who had neither the skill nor the daring to settle their own quarrels. You know the sort I mean : a cuckolded husband here, outstanding gambling debts there, a petty lawsuit or questionable onheritance, and more troubles of that kind. It is easy to criticize now, but in those days the capital of all the Spains was a place where a man had to fight for his life on a street corner lighted by the gleam to two blades.
In all this Diego Alatriste played his part with panache.

Tout d’abord, que l’on ait aimé ou pas, le travail de l’auteur est remarquable. Il nous fait voyager  et décrit à merveille le siècle d’or espagnol.
First of all, whether we like it or not, the work of the writer is remarkable. He takes us to new places and wonderfully describes the Spanish golden age.
“Perhaps because a man's true homeland is his childhood, despite all the time that has gone by, I always remember the Tavern of the Turk with nostalgia. The place, Captain Alatriste, and those hazardous years of my boyhood are all gone now, but in the days of our Philip the Fourth, the tavern was one of four hundred in which the seventy thousand residents of Madrid could quench their thirst. That comes to about one tavern for every one hundred and seventy- five citizens. And that is not counting brothels, gaming houses, and other public establishments of, shall we say, relaxed or dubious moral ambience, which in a paradoxical, unique, and never-again-to-be the same Spain were visited as frequently as the churches - and often by the same people.”

Ensuite nous rencontrons des personnages attachants : Alatriste lui-même mais aussi notre narrateur : un adolescent que le capitaine a pris sous son aile. Tous deux vivent des aventures pleines de suspense. Malgré tout ça, on ne peut pas dire qu’il y ait beaucoup d’action dans ces pages. Peut-être dû au fait qu’il s’agit d’un premier tome et que l’auteur souhaite installer son intrigue ? Seule la lecture de la suite le dira.
Then we meet endearing characters: Alatriste himself but also our narrator, a teenager that captain took under his wing. Both live adventures full of suspense. In spite of that, there is not a whole lot of action in these pages. I suspect this is due to the fact that it’s the first book of the saga and the author wants to set his plot in place? Only reading the sequel will tell us for sure.

Pourtant le lecteur ne s’ennuie pas une seconde, l’écriture d’Arturo Perez-Reverte est pleine d’humour et de descriptions passionnantes. C’est une plaisir à lire et il me tarde de lire la suite.
Even so, the reader is not bored for a second, the writing of Arturo Perez-Reverte is full of humor and exciting descriptions. It's a pleasure to read and I cannot wait to read more.
"What news of your petition?" Vicuna asked with interest.
The poet swiped his mouth with the back of his hand. A few drops of wine had fallen on the cross of Santiago embroidered on the breast of his black sleeved doublet.
"I believe," he said "that Philip the Great is wipping his ass with it."
"That itself is an honor," Licenciado Calzas argued.
Don Francisco appropriated another jug.
"In that case" - there was a pause as he drunk - "the honor is to his royal ass. The paper was good, a half-ducat a ream. And I wrote it in my best hand."

Lu dans le cadre du challenge : 
-Read in English 

Challenge Read in English 2017-2018




Je me suis lancée un nouveau défi, celui de lire en anglais et j'ai découvert sur livraddict un challenge qui tombe vraiment à pic : Read in English 2017-2018, organisé par Frankie.

Ce challenge se déroule du 1er octobre 2017 pour se terminer le 30 septembre 2018.

Mes lectures : 
- Captain Alatriste / Artoro Perez-Reverte [ma critique]
- Death in August / Marco Vichi [ma critique]

dimanche 5 novembre 2017

Une intrigue de Daphné du Maurier, tome 3 : La villa de la mort

Résumé :

Durant l’été de 1927, Daphné du Maurier, romancière en herbe, se rend en Cornouailles pour assister au mariage de sa chère amie, Ellen Hamilton, avec le millionnaire américain, Teddy Grimshaw. Après s’être rencontrés dans la tourmente de la Grande Guerre, les amoureux ont été cruellement séparés durant près d’une décennie par les circonstances et l’ingérence familiale. La cérémonie nuptiale ? qui a lieu à Thornleigh, un grand domaine appartenant depuis cinq siècles à la famille Hamilton ? laisse présager un avenir meilleur. Mais la joie tourne rapidement à la consternation lorsqu’on découvre le cadavre de Teddy tout de suite après le mariage. En raison de la fortune, la jalousie et les secrets enfouis, les suspects sont nombreux ? et tout le monde au manoir est en danger, y compris Daphné. Les graves soupçons qui pèsent sur Ellen inciteront Daphné ? dont on connaît l’indépendance d’esprit ?, soutenue par le fringant major Browning, à découvrir la vérité et à écrire un nouveau roman.

Mon avis : 

La villa de la mort est le dernier tome de la trilogie de Joanna Challis qui met en scène Daphné du Maurier en tant qu’enquêtrice.  J'ai été a nouveau séduite pour ce roman même si je l'ai trouvé un peu long à démarrer par rapport aux deux précédents. Mais une fois l'intrigue mise en place, l'enquête se révèle à nouveau passionnante.

Daphné se rend au mariage de son amie Ellen avec le très riche Teddy Grimshaw. Seulement, le soir de la noce, il meurt dans des conditions mystérieuses. Très vite, Ellen est suspectée étant donné qu'elle était la principale héritière de sa fortune. Mais Daphné n'a pas dit son dernier mot et compte bien prouver que son amie est innocente.

J'ai aimé retrouvé Daphné qui fait partie de mes auteurs préférés et puis après avoir jouer au chat et à la souris dans les deux tomes précédents, elle se fiance enfin avec le Major Browning. Je regrette malgré tout qu'il n'est pas été un peu plus présent dans ce tome.

Joanna Challis m'a une nouvelle fois captivée et elle arrive habilement à placer des références aux œuvres de Daphné du Maurier comme a d'autres classiques de la littérature : 
"- Daphné !
J'avais prévu cet interrogatoire de ma mère dès que lady Gersham serait partie.
- Oui, mère ?
- Pourquoi Jeanne a-t-elle mentionné le major ? Tu as eu d'autres nouvelles de lui ?
Je me détournai. Je ne voulais pas que ma mère décèle la vérité sur mon visage. Le visage trahit toujours quelqu'un, et les mères possèdent le don étrange de percer les secrets de leurs enfants.
- Mère, soupirai-je, sir Marcus est un ami, pas un soupirant. J'aimerais que vous cessiez de répandre des rumeurs sur nous. Il ne trouverait pas cela amusant.
En fait, sir Marcus aurait trouvé cela amusant mais ma mère n'avait pas besoin de le savoir.
- Eh bien, cette façon que vous avez de chuchoter dans les coins laisse penser autre chose.
- Nous sommes juste des amis.
- J’étais une amie de ton père avant notre mariage.
Oh non. Encore cette histoire de mariage.
- Maman, je vous l'ai dit. Je ne vais ni me marier bientôt, ni faire comme si j'allais me marier, tout particulièrement devant lady Gersham !
- Je fais juste un peu de réclame pour que l'on sache que tu es disponible, répliqua-t-elle du tac au tac. Vraiment Daphné, tu as l'intention de devenir vieille fille ? Car tu vas y arriver si tu continues de cette façon. Les gentlemans ont besoin d’encouragements, et ta langue trop acérée me désespère. Cela n'a pas aidé Elizabeth Bennet auprès de Mr Darcy, n'est-ce pas ?
- Permettez-moi de ne pas partager cette opinion. Sa langue acérée a protégé ses intérêts des le début et, plus tard, Mr Darcy l'a louangée pour son esprit, plutôt que pour ses "beaux yeux".
"

Lu dans le cadre du challenge :
- Objectif du mois 

dimanche 29 octobre 2017

Sidney Chambers et l'ombre de la mort

Résumé : 

Sidney Chambers, le prêtre de Grantchester, est un célibataire de 32 ans. Grand, brun, les yeux noisette et l’air rassurant, Sidney est un homme d’église peu conventionnel qui peut aller là où la police ne le peut pas. Avec son ami, l’inspecteur Geordie Keating, il mène l’enquête. Le début d’une série où l’on croise les mânes de Chesterton et d’Agatha Christie.

Mon avis : 

Dans ce premier tome (à l'heure d'aujourd'hui, on en compte déjà six qui j’espère seront vite traduits), on fait la connaissance de Sidney Chambers, prêtre anglican qui exerce dans la petite ville de Grantchester. Il est ami avec l’inspecteur Geordie Keating et il va lui prêter main forte lors de ses enquêtes.

L'ombre de la mort est la première nouvelle du recueil. Nous sommes en Octobre 1953 et Sidney organise les obsèques de Stephen Staunton, un notaire qui s'est suicidé. Mais sitôt, la messe terminée, une jeune femme demande à Sidney d’enquêter sur ce prétendu suicide. Elle était la maitresse de Stephen et ils avaient prévu de fuir ensemble.
"Sidney passa devant la prairie gelée, où ses parents s’étaient connus avant la Grande Guerre, en faisant du patin à six pence la soirée, et il s’arrêta pour regarder un groupe de garçons en pleine bataille de boules de neige.
En pénétrant dans la ville, il prit conscience qu'il n'avait jamais connu Cambridge dans un tel silence. Les bâtiments ressemblaient aux illustrations d'un conte de fées du XIXe siècle. La neige avait étouffé les cris du monde, désormais inaudibles. C’était comme la grâce, se dit-il ou l'amour de Dieu, descendu en silence et à l'improviste pendant la nuit."

Une affaire de confiance se déroule lors du réveillon de l'an 1953. Sidney est invité a un diner avec plusieurs de ses amis et notamment Amanda, sa meilleure amie. C'est l'occasion pour le fiancé d'Amanda de lui demander sa main. Mais dans la confusion, la bague disparait

Avec, D'abord, ne pas nuire, nous faisons d'un docteur qui est soupçonné d'avoir assassiné une vieille dame pour pouvoir épouser la fille de celle-ci.

En mai 1954, dans Une question de temps, Sidney et Geordie passe la soirée dans un club de jazz quand une jeune fille est assassinée.

Dans Le Holbein perdu, Amanda est chargée d'expertiser un tableau quand elle se rend compte qu'il s'agit d'une copie. Elle enquête donc sur l'histoire du tableau et sur l'homme qui était en charge de la restaurer.

Enfin le recueil se referme sur Des hommes honorables ou Sidney et plusieurs hommes de Grantchester monte sur scène une pièce de Shakespeare où un homme doit être assassiné. Seulement, l'acteur est véritablement assassinée lors de la représentation.

J'ai adoré l’atmosphère des années 1950, le coté so british et le personnage si charismatique de Sidney. On plonge dans une autre époque, bercé par le jazz et par le whisky et l'on savoure chacune de ces nouvelles. Il me tarde de lire la suite.

Surprises de Noël

Résumé : 

Y a-t-il plus chouette cadeau de Noël qu'une nuit dans une isba au milieu des bois enneigés, ou bien un tour en ville sur un tank immaculé ? Cela semble parfait, féérique, tout à fait charmant. Mais dans l'Ukraine un peu folle d'Andreï Kourkov, les choses peuvent vite dégénérer, votre promise se retrouver nue sur scène, votre tour opérateur s'avérer un adepte du tourisme extrême et la Révolution orange contrecarrer vos projets pour les fêtes... Avec ces nouvelles inédites, Kourkov se joue du genre avec brio pour offrir trois fables de Noël empreintes de bizarrerie et d'optimisme.

Mon avis : 

J'ai posé mes valises en Ukraine, le temps de trois nouvelles écrites par Andreï Kourkov. C'était court, à peine 60 pages mais pourtant le dépaysement a été total ! 

Le recueil s'ouvre sur Surprise de Noël, qui donne son nom au livre, ou l'on découvre un couple amoureux et tout juste marié qui se retrouve embarqué par le frère de la jeune femme dans un réveillon de Noël, dans une petite maisonnette au milieu des bois. Le frère est spécialisé dans l'organisation de voyage extrême et il a plus d'un tour dans son sac. "Il neigeait. Une neige duveteuse, pelucheuse, indolente, pareille à une touriste irlandaise ayant abusé de l'hospitalité ukrainienne."

Ma différence préférée est la nouvelle que j'ai le moins appréciée et je dois dire que je pense être passée un peu à coté. C'est l'histoire d'un homme et d'une femme qui parte a la recherche du petit ami de la femme et qui le retrouve dans une boite de strip-tease.

Enfin, Les champignons de la liberté, nous raconte l'histoire d'un homme qui se retrouve accusé à tort et jeté en prison. Là-bas dans sa cellule très humide, il se met à cultiver des champignons. 

Pour une première rencontre avec l'auteur c'est réussie et je suis maintenant très curieuse d'en découvrir davantage. 

Lu dans le cadre du challenge : 
- Le tour du monde en 8 ans.

jeudi 19 octobre 2017

On la trouvait plutôt jolie

Résumé :

On la trouvait plutôt jolie, Leyli. Tout charme et tout sourire. Leyli Maal fait le ménage dans les hôtels à Port-de-Bouc, près de Marseille. Malienne, mère célibataire de trois enfants, Bamby, 21 ans, Alpha, 17 ans, Tidiane, 10 ans, Leyli nourrit un rêve immense et cache un grand secret. Leyli raconte sa vie à qui veut bien l'écouter, mais peut-elle avouer toute la vérité ? Peut-elle empêcher ses enfants de dévoiler ce qu'elle a caché ? Une vengeance ? Un trésor ? Un père ? François Valioni travaille pour une importante association d'aide aux migrants à Port-de-Bouc. Il est retrouvé au petit matin assassiné dans un hôtel. Dans sa poche, un bracelet de couleur et six coquillages. Julo Flores est un jeune lieutenant de police zélé, hyperconnecté. Méfiant envers son commandant et un peu trop sentimental, il ne peut pas croire que Bamby Maal, que tout accuse, soit la coupable. Surtout lorsque survient un second crime. En quatre jours et trois nuits, du désert sahélien à la jungle urbaine marseillaise, Michel Bussi nous offre un suspense de haut vol, dans lequel, comme toujours, priment l'humain, l'émotion, l'universel. Jusqu'au stupéfiant twist final.

Mon avis :

J'avais découvert Michel Bussi d'abord avec Ne lâche pas ma main, puis ensuite avec Maman a tort, deux romans que j'avais aimé mais la, je dois dire que son dernier roman est bien meilleur. Je suis vraiment conquise et j'ai littéralement dévoré cette enquête.

On fait la connaissance de Leyli, une africaine arrivait en France il y a quelques années. Elle vit dans un minuscule appartement avec ses trois enfants. Elle cumule des petits jobs mais la après plusieurs années de galère, elle a enfin décroché une CDI. Au fil des pages, on découvre son histoire, celle de ses enfants et malheureusement le quotidien de tellement de migrants. "- Tout le monde possède des rêves, Bamby. Et ce qui compte, ce n'est pas de les réaliser, c'est juste de pouvoir y croire. Qu'il existe une possibilité, une petite chance. Quand tu nais au Bénin, quand tu restes au Bénin, à Cotonou ou à Porto-Novo, tu enterres ce petit espoir. Tu le jettes définitivement dans l’océan. Sur les dix millions de Béninois, pourquoi n'y aurait-il pas de petits Zidane, de petits Mozart, de petits Einstein ? Pourquoi les Béninois ne naîtraient-ils pas eux aussi avec cette graine de talent ? Mais cite-moi un prix Nobel Béninois ? Un médaillé olympique béninois ? Ou même le moindre acteur béninois ? Tu comprends, on veut juste notre part de rêve !"

L'enquête est passionnante. A la manière de Columbo, on connaît l'identité du meurtrier des les premières pages. Ce que l'on ne sait pas c'est le pourquoi du meurtre. Et puis l'auteur a plu d'un tour dans son sac et a quelques chapitres de la fin, nous livre un véritable retournement de situation. Pour ma part, en tout cas, je n'attendais a tout sauf a cela !

Les personnages sont attachants : j'ai eu un coup de coeur pour Julo qui est un excellent flic et puis bien sur Ruben, et ses histoires. Le sujet des migrants, malheureusement d'actualité, est vraiment bien traité. Sans mélodrame, l'auteur nous montre la face hideuse du trafic des humains et le business crée autour. "L'occident croit que s'il ne se barricade pas, toute l'Afrique va débarquer chez lui. Quelle peur idiote ! L'immense majorité des populations veulent rester là où elle habitent, là où elles sont nées, avec leur famille et leurs amis, du moment qu'elles ont à peu près de quoi survivre. Elles s'en contentent. Il n'y a que quelques fous pour tenter l'aventure. Entre cent mille et deux cent mille migrants qui tentent de passer la Méditerranéenne chaque années, moins d'un Africain sur dix mille, et on parle d'invasion ?"

Bref, je ne peux que vous recommandez cette lecture et pour ma part, je viens de craquer pour Le temps est assassin et Nymphéas noirs qui viennent de rejoindre ma PAL.